MENU

contracture, élongations, déchirures (quelles différences, que faire directement et les semaines suivantes)

 



La blessure est l’ennemie de tous les footballeurs qu’ils soient professionnels ou amateurs.
Et en football , il en existe une qui est très fréquente, la blessure musculaire !

On entend souvent les termes de contracture, élongation, claquage..  quelles sont les différences?



Explications

Contracture

C’est une contraction “exagérée” d’une partie du muscle. La contracture est souvent réactionnelle et “préventive”.
En effet, c’est une contraction réflexe pour protéger le muscle et l’articulation suite à un étirement important.

La contracture peut être favorisée par la fatigue qui entraîne des “désordres” au niveau cellulaire (calcium, magnésium, …)..
Elle peut aussi être favorisée par une lésion récente (type élongation) qui fait que les fibres musculaires du muscle touché ne sont pas encore totalement fonctionnelles.

Quels soins?

Chaleur - repos - massage - étirement quand il n’y a plus de douleur - soins médicaux relaxants.



Elongation

Il y a des micro-déchirures musculaires dues à un dépassement de l’élasticité des fibres sans grande atteinte des tissus. Il n’y a pas d’hématome.
C’est un étirement inhabituel.

Quels soins?

Repos - froid ( Cryothérapie ) , Physiothérapie - Etirements..

 


Déchirure ou claquage

Rupture d’un grand nombre de fibres musculaires. Le muscle est allé au delà de son élasticité normale. Il y a hémorragie locale et donc un hématome.

Quels soins?

Repos - froid ( Cryothérapie ) , Physiothérapie - Etirements..


Ces blessures arrivent souvent dans un mode de contraction “excentrique” .

Ces blessures sont le plus souvent “intrinsèques” (le muscle est seul responsable de sa propre lésion).

L’origine de ses blessures musculaires peut parfois être “extrinsèques” ( dues à un choc type béquille).

Ici, des fibres musculaires sont plus ou moins lésées (selon l’intensité du choc) et il y a un saignement interne qu’il faut traiter → de la glace (et surtout pas de chaleur, d’étirements ou de massages).


Ces blessures aparaissent de manière brutale pendant la pratique sportive contrairement aux blessures type courbatures qui sont des douleurs musculaires d’apparition retardée ( aussi appelées DOMS , en anglais : Delayed Onset Muscle Soreness).

 



On classifie souvent les blessures musculaires en “élongation”, “déchirure”.. comme évoqué ci-dessus.

Pour être plus précis, il existe une classification “référence” des lésions musculaires, qui est la classification de Rodineau et Durey.
Elle classifie les lésions musculaires selon différents stades.



Classification des lésions musculaires selon Durey et Rodineau

 

Stade 0 : atteinte réversible de la fibre musculaire sans atteinte du tissu de soutien – récupération totale en quelques heures ou quelques jours.

Stade 1 : atteinte irréversible de quelques fibres musculaires sans atteinte du tissu conjonctif de soutien – récupération totale en quelques jours

Stade 2 : atteinte irréversible d’un nombre réduit de fibres musculaires et atteinte du tissu conjonctif de soutien – récupération qui peut être obtenue en quelques semaines.

Stade 3 : atteinte irréversible de nombreuses fibres musculaires, atteinte marquée du tissu conjonctif de soutien et formation d’un hématome intramusculaire localisé – récupération en plusieurs semaines.

Stade 4 : rupture partielle ou locale d’un muscle. Récupération longue mais variable selon le muscle touché.


Les stades 0 et 1 pourraient correspondre à une contracture.
Le stade 2 à une élongation.
Le stade 3 à un claquage et le stade 4 à une déchirure.


La localisation de la lésion va aussi déterminer la rapidité de la cicatrisation →plus la lésion est au centre du corps musculaire , plus c’est rapide (car moins de fibres touchées).
Et plus la lésion se trouve sur les extrémités , plus ce sera long (car on touche au squelette musculaire).

Les kinés ou médecins vous feront des tests et si nécessaire vous passerez une échographie (qui permettra de déterminer plus précisément la gravité et la localisation de la blessure).


Dans le cas où vous vous blessez musculairement , que faire directement?


Les premiers gestes à faire , appliquez le protocole “POLICE” :

- Protection ( béquille pour “décharger“ les premiers jours)
- Optimal Loading (repos 2 jours puis commencez la rééducation rapidement ! )
- Ice (glace les 2-3 premiers jours pour diminuer l’hémorragie )
- Compression ( idem que la glace, pour diminuer l’hématome )
- Elévation du membre lésé ( 24-48h pour évacuer l’hématome et éviter la formation d’un oedème)

Pas d’anti-inflammatoires les premiers jours (pour permettre à l’organisme de se réparer naturellement)

 
- RDV médecin et kiné



Les jours et semaines suivantes

Contrairement à ce que l’on pouvait voir avant (repos complet) ,
Il faut tout de suite mobiliser les muscles touchés et faire un travail avec le kiné .
Le premier objectif va être d’obtenir une cicatrisation de qualité.

Le travail avec le kiné va permettre de stimuler et “d’orienter” correctement les fibres . Sans ce travail , les fibres musculaires cicatrisent “pas dans le bon sens”, il y a un “paquet fibreux” et à la première tension importante, il y a risque de déchirement de nouveau..

Le travail du kiné va vous permettre de retrouver l’amplitude de mouvement et la souplesse de vos muscles.
Ensuite, il va s’agir de récupérer la force et l’endurance musculaires perdues.
Mais aussi la coordination et la proprioception.

Il faudra également réaliser un travail préventif !


Chaque rééducation (et réathlétisation) est individualisée, d’où l’importance d’avoir recours à un professionnel de la santé..


Il existe des facteurs qui favorisent l’apparition de ces blessures musculaires. Nous vous les présentons:


Les facteurs favorisants

 Les Facteurs individuels


- Perte d’élasticité musculaire avec l’âge
- Déficit d’élasticité musculaire (limite les amplitudes articulaires nécessaires à la pratique sportive)
- Convalescence, grippe, état infectieux
- Facteurs psychologiques (grande émotivité, stress)

 
Les Facteurs hygiéno-diététiques


- Hydratation insuffisante
- Manque de sommeil
- Alimentation déséquilibrée

- Dopage : anabolisants (favorisent l’apparition des crampes, augmentent le volume musculaire sans pour autant augmenter la résistance des tendons), corticoïdes (reculent le seuil de douleur, fragilisent les tissus)
- Mauvaise hygiène dentaire (bactérie des caries qui infiltrent le sang et crée des infections)
- Tabagisme

 
Les Facteurs liés à l’entraînement


- Absence ou insuffisance d’échauffement
- Entraînement excessif ou mal programmé
- Musculation disharmonieuse agoniste-antagoniste
- Déficit de force en excentrique
- Absence de récupération

 
Les Facteurs environnementaux


- Humidité
- Froid, vent
- Sol glissant

 

Comment éviter au maximum les blessures musculaires?


-Premièrement en réduisant aux maximum tous ces facteurs favorisants !

-En effectuant un travail de prévention et de renforcement des muscles concernés ( les ischio-jambiers sont les muscles les plus touchés...).

Pour plus d'infos sur la prévention des blessures aux ischio-jambiers : cliquez-ici.

Varier les exercices de prévention et les modes de contraction (excentrique, concentrique..) semble très intéressant.

-Un travail “global” de renforcement musculaire , de proprioception, de gainage est aussi essentiel..

 -La notion d'équilibre est très importante dans la prévention des blessures.

 Quel est cet équilibre?


 Ce peut être l'équilibre entre les muscles agonistes et antagonistes

 Exemple: le quadriceps et l'ischio-jambiers.

 Un déséquilibre dans le renforcement musculaire peut être fatal pour le muscle le   plus faible.

 Mais aussi, l'équilibre entre les côtés (droite-gauche) , entre le haut et le bas du   corps..

 L'équilibre au sein d'une même chaîne : "Une chaîne musculaire n'est jamais plus   forte que son maillon le plus faible"...



-Un suivi des joueurs , de leurs sensations, de leur état de forme, de la charge d'entraînement est très efficace ( méthode RPE, logiciel trainingloadPro, ..).

-Aussi, un échauffement type FIFA 11+ mêlant course, force, pliométrie et équilibre permettrait sur le long terme de réduire grandement les blessures du membre inférieur tant en match qu’à l’entrainement..

Plus d’infos sur l’échauffement “FIFA 11+” : L'echauffement et prevention des blessures en Football

Quand reprendre les entraînements avec le groupe?


Selon la gravité de la blessure, la cicatrisation sera plus ou moins longue.

Cela va dépendre du stade de gravité (voir “classification de Rodineau”) mais aussi de la localisation de la lésion.


Le délai de reprise est aussi très variable d’un sujet à l’autre donc difficile de donner des chiffres exactes..

Dès que le professionnel qui vous suit vous a donné son feu vert ( évaluations et tests Ok), vous pouvez reprendre. Mais, Il vaut mieux y aller progressivement ..

Il ne doit plus y avoir de douleur (ni pendant, ni après, ni le lendemain de l'entraînement).

 

 Nos conseils

 

- Faire un bon diagnostic (médecin, échographie..)

- Etre pris en charge par les personnes compétentes avant de reprendre les   entraînements (kinésithérapeute et préparateur physique).

- Ne pas vouloir reprendre trop tôt

- Reprendre progressivement

- Savoir s'écouter (douleur, ...)

- "Profiter" de cette blessure pour mettre en place de nouvelles choses et   améliorer ainsi votre pratique du football quand vous reviendrez (nutrition,   prévention, hygiène..)