Le problème de certains procédés dechauffement en football amateur

 

 

 

Nous vous présentons ici la conception de Gilles Cometti sur l'échauffement.

 

L’échauffement constitue une phase importante de préparation à la compétition. Il comporte différents aspects psychologiques, techniques et physiologiques.


Nous ne parlerons ici que des paramètres physiologiques.


Les deux rôles physiologiques de l'échauffement sont la prévention des blessures et la préparation à la performance .


L’échauffement doit élever la température du corps , à deux niveaux, musculaire puis corporel.

Les muscles et les tendons sont, en période de repos, à la température de 36 °.

Or les muscles et les tendons ont un rendement maximum à la température de 39°. Et le système nerveux a un fonctionnement optimum entre 38° et 39°.

L'objectif premier sera donc d'augmenter la température musculaire de 3 degrés environ.

 

Qu'est ce que cela apportera concrètement:


- une baisse de la viscosité des muscles,
- une augmentation de l'élasticité des tendons,
- une augmentation de la souplesse musculaire,
- une augmentation du débit d'oxygène sanguin
-augmentation de conduction nerveuse,
-augmentation de la dégradation des phosphates à haute énergie (ATP, PC),
-modification de la courbe vitesse-force,
...


Cela réduira donc considérablement le risque de blessure, facilitera les mouvements et permettra d'avoir un meilleur rendement énergétique et musculaire.

Le second objectif sera d'augmenter cette température centrale (ou corporelle).


Pourquoi?


Le système nerveux regroupe l’ensemble des circuits de commande, de contrôle et de coordination de l'action du corps, il est donc très important qu’il soit parfaitement fonctionnel.

Une augmentation de 2°C de la température centrale entraîne une “amélioration” du système nerveux qui permettra d'améliorer la coordination et la précision des mouvements et de Prévenir les blessures.

 

Quel est le problème?


La T°corporelle augmente une fois que la T°musculaire la dépasse.

Il faut donc premièrement augmenter la température musculaire pour que la température centrale puisse augmenter.


Comment augmenter cette température musculaire si importante?


Selon Masterovoï (1964) la température musculaire dépend de la vascularisation, il faut donc augmenter la circulation sanguine dans le muscle pour faire monter la température.

Et pour cela, il faut faire jouer au muscle le rôle de pompe par une contraction qui chasse le sang et un relâchement marqué. Or on constate que seules des contractions avec un minimum d’amplitude et d’intensité sont en mesure de le faire.
Il faut faire jouer aux muscles leur rôle de “pompe”, par une alternance de contraction-relâchement. (Nous verrons dans un prochain article comment faire jouer ce rôle de pompe)
Des études montrent que certaines situations classiques utilisées à l’échauffement ne jouent pas réellement ce rôle.


Qu'est-ce qui n'est pas efficace et que l'on voit beaucoup dans le football amateur?


le footing très lent pendant 10-15mn qui est parfois utilisé en guise d’échauffement (surtout avant un travail de vitesse).

En effet les contractions des groupes musculaires des jambes (quadriceps, triceps et ischio-jambiers) ne sont pas effectuées de façon idéale pour une bonne circulation.
Les quadriceps et les triceps effectuent des actions quasi-isométriques, c'est-à-dire que le muscle ne diminue ou n'augmente pratiquement pas de longueur.
Par exemple lorsque vous faites une flexion, la longueur des muscles des cuisses va diminuer et augmenter grandement ,or ici ce n'est pas le cas.
Les ischio-jambiers ne sont pratiquement pas sollicités, leur longueur ne varie pas.

La faiblesse de l’amplitude de la foulée dans le footing lent supprime la phase frénatrice de blocage de la cuisse et de la jambe en avant qui constitue l’activité majeure des ischio-jambiers.

Donc en faisant un footing lent, on constate que l’élévation de la température des muscles des jambes est très faible (de 0,2 à 1,6°) voir inexistante pour les ischio-jambiers (même parfois une baisse de la température musculaire !).
Il ne semble donc pas judicieux de commencer par le footing lent (et long)!

Ce qui ne veut pas dire qu’il ne faut pas faire de footing dans l’échauffement! Il ne faut simplement pas commencer par ça! En effet, une fois la température des muscles augmentée, il sera alors temps de mettre en route le système “cardio vasculaire” et par exemple faire quelques minutes de footing peut être un moyen d’y parvenir (mais il y a d’autres moyens plus intéressants et moins ennuyeux) ...

Les mouvements rapides sont également peu efficaces pour bien vasculariser.


On voit parfois des échauffements commencer par des mouvements très rapides comme des montées de genoux rapides . Ces mouvements sont appelés mouvements « balistiques » et la contraction est en fait très brève et violente et ne permet pas un effet circulatoire.
Masterovoï prétend même que ce type d’action déclenche des réflexes vasoconstricteurs, le calibre des vaisseaux sanguins se réduit. La température musculaire n’augmentera donc pas!

La même chose se produit pour les accélérations intenses.


Quand aux étirements passifs ,que beaucoup de joueurs réalisent au début , pendant ou en fin d'échauffement, ils n'ont aucun intérêt pour l'échauffement musculaire (ils n'augmentent pas la température musculaire!) .

Alter(1996) «Science of flexibility », démontre que les étirements provoquent dans le muscle des tensions isométriques élevées qui entraînent une interruption de l’irrigation sanguine, ce qui va à l’inverse de l’effet « vascularisateur » recherché.

Wiemann et Klee (2000) insistent sur l’inefficacité du stretching sur l’échauffement musculaire. Masterovoï indique même que les étirements sont en mesure d’élever la T°m de 0,4°, ce qui est très faible pour une technique à qui on prête une vertu d’échauffement..

Toutefois ceux qui aiment s'étirer avant un match,parce qu'ils se sentent un peu raide ou qu'ils sont habitués à le faire depuis des années , peuvent le faire mais d'une certaine façon (activo-dynamique par exemple).


Ainsi, la course lente (surtout de 20mn!) ne semble pas efficace et de plus ennuyante, le travail en fréquence et les mouvements rapides  (en début d'échauffement en tout cas) et les étirements non plus!