Echelle de rythme :L’erreur fréquente à éviter (et 4 cas où il ne faut pas l’utiliser)

 

 

 

Nous avons vu dans un article précédent 7 raisons pour lesquelles on pouvait utiliser l’échelle de rythme.

 

Il faut l’ utiliser pour ce qu’elle peut améliorer   (https://www.preparationphysiquefootball.com/201706/7-raisons-d-utiliser-l-echelle-de-rythme.php)


mais il ne faut pas l’utiliser pour ce qu’elle ne peut pas développer !

 

Aussi, pour que son utilisation soit efficace en football il y a des erreurs à éviter dont une très fréquente chez les joueurs qui l’utilisent.

 


L’erreur fréquente :

Avoir une hyper centration du regard sur ses appuis (ou sur l’échelle) .

On remarque souvent que les joueurs regardent “par terre” .

Premièrement cela peut modifier la posture et surtout , en football , on recherche au contraire à avoir toujours “la tête levée”.

Si vous utilisez très souvent l’échelle cela peut donner de mauvaises habitudes aux joueurs.

Il peut être intéressant d’utiliser quelques “subterfuges” pour amener le joueur à lever la tête ( demander la couleur des coupelles que l’on a dans les mains, combien de doigts on montre…).

 

L’échelle peut être très efficace pour améliorer ou développer certains points mais pas adaptée dans certains cas.

Pour Norbert Krantz de l’INSEP, il ne faut donc pas l’utiliser si :


Vous recherchez à développer la faculté de générer et de gérer une importante production de force (énergie cinétique): accélérer pour percuter, freiner à très grande vitesse, tourner sur soi même en se déplaçant, etc.


Vous recherchez à développer la capacité à pouvoir utiliser différents pas de déplacement comme par exemple: le pas arrière ou la « course à reculons » .


Un joueur est très grand et a de très grands pieds. L’écart entre chaque barreaux devenant trop petit pour lui, il est obligé de changer la pose naturel de ses appuis en utilisant par exemple seulement la pointe de pied (sinon il toucherait les lattes)
Pour ce type de joueurs des cônes ou des cerceaux seront plus adaptés.

 


Pour Frédéric Marcerou (Préparateur Physique Rugby), il ne faut pas non plus l’utiliser si:

 

Vous voulez améliorer les changements de direction de vos joueurs car les échelles de rythme “ ne reproduisent absolument pas ce qu’il se passe lors d’un changement de direction où les appuis doivent être écartés à grande amplitude, où la production de force doit être maximale, où le bassin doit changer d’angle et où le haut du corps doit bouger pour maintenir l’équilibre et leurrer l’adversaire”.