le travail de vitesse en football (et pas seulement le travail en ligne droite)

 

 


On travaille fréquemment la vitesse car c’est une qualité très importante pour le footballeur.

On fait des exercices de vitesse le plus souvent en ligne droite. C’est très bien car ces exercices amélioreraient la vitesse dite ” linéaire” qui est essentielle car il y a beaucoup de course de ce type en match.

Mais en football, n’y a t-il pas d’autres types de courses que l’on oublie souvent de travailler?

 

En football, on court aussi souvent en faisant des changements de direction, des accélérations et des décélérations!

Or le travail de vitesse en ligne droite n’améliore pas la vitesse dite “slalomée” , qui est une course avec changements de direction.

En fait cette vitesse slalomée est l’expression d’une qualité physique spécifique: l’agilité !

En football, il y aurait plus de 1000 changements d’activités par joueur par match, que ce soit une accélération, une décélération ou un changement de direction du mouvement. Et beaucoup de ses actions brusques qui font appel aux qualités d’agilité sont décisives en football.

On comprend dès lors l’importance d’améliorer cette qualité physique.

Pourquoi l’agilité n’est pas améliorée avec le travail de vitesse classique ?

Tout d’abord, si l’on analyse les formes de corps lors de ses 2 courses, on remarque de nombreuses différences.

Par exemple, quand on veut être rapide en ligne droite, on doit être haut sur ses appuis, alors qu’au contraire , en course slalomée, on doit être bas sur ses appuis..

On remarque de nombreuses différences également sur les qualités techniques, les qualités musculaires, les qualités informationnelles. Par exemple dans les courses slalomées, les capacités de décélération et de gainage sont déterminantes alors qu’elles sont d’importance moindre dans les courses linéaires..

Vous l’aurez compris , ces deux types de courses sont différentes.

De nombreuses études ont confirmé qu’un entrainement en course linéaire améliorait la vitesse linéaire mais n’améliorait pas la course slalomée. Et à l’inverse , un entrainement en course slalomée améliore la vitesse slalomée mais pas la vitesse linéaire!

 

Que faut-il travailler pour améliorer la vitesse avec changement de direction ?

Chez les jeunes, il faut faire un travail technique prioritairement car à l’âge adulte il sera plus difficile pour corriger la technique de course. Il faut aussi faire un travail de gainage (pas seulement statique) et un travail de force.

Quels points à améliorer ?

Il faut travailler l’accélération notamment par un travail technique . Apprendre à décélérer et s'arrêter brusquement est tout aussi important qu’apprendre à accélérer. Il y a un travail technique et un travail physique spécifique à réaliser.

Par exemple, au niveau technique, pour ralentir, à l’inverse de l'accélération, il faut avancer au moins un appui par rapport au centre de gravité et l’impact au sol du pied se fait sans choc avec le talon et le plat du pied (alors que l’accélération se fait avec la pointe de pied).
Aussi , accélérer, décélérer , changer de direction se fait toujours en relation avec le déplacement du ballon, des adversaires, des partenaires. Les capacités à prendre des informations vite et à décider vite sont aussi très importantes pour améliorer ces mouvements là.

Les jeux réduits comme les 3 contre 3 sont par exemple des exercices très intéressants pour travailler les changements de direction et notamment ses composantes perceptives et décisionnelles.

Intégrer le ballon , avec par exemple un contrôle , une passe ou une frappe en pleine course peut être intéressant pour coordonner sa course et l'utilisation du ballon.


Faut-il toujours partir arrêter?

A l’entrainement, on réalise souvent un travail de vitesse avec départ arrêté et de face.
Or on ne retrouve pas exclusivement cette situation en match.
On est souvent en mouvement, et pas forcement de face.

Il est donc bon de varier les formes de départ (de côté, en marche arrière, en trottinant,...).

Quel est le déclencheur de l’accélération?

A l’entrainement, le déclencheur du départ est souvent un “top” sonore.

Là encore, afin de varier les déclencheurs et de se rapprocher de ceux du match, il peut être intéressant d’intégrer des déclencheurs visuels par exemple ("top" au départ d'un adversaire, du ballon, à la vue d'une couleur que le coach montre,..)


Quel autre type de course on oublie souvent de travailler?

La course arrière !

On la retrouve très souvent en match (replacement, démarquage, ..) , il est donc intéressant de la travailler également.

 

 

Pour que  ce travail de vitesse soit efficace , il faut respecter certaines conditions, nous vous invitons à lire l'article :  https://www.preparationphysiquefootball.com/201705/4-conditions-pour-vos-seances-de-vitesse.php

 

Nous verrons dans un prochain article comment quantifier ce travail de vitesse.